Dans le temps où les IDE à destination de l’Afrique du Nord régressent, ceux à destination du Maroc progressent| Ahmed El Fehdi

Depuis son indépendance, le Maroc s’est engagée dans une ère sans précédent d’investissements. En effet, il n’a pas cessé d’encourager les IDE et ce, pour des raisons multiples. Selon M. Ahmed EL FEHDI, un porteur de projets marocain les flux d’IDE ont varié fortement d’une année à l’autre à cause des difficultés éprouvées au niveau du développement d’une dynamique significative des opérations de privatisation. D’autre part, l’évolution des IDE se caractérise à compter de l’année 1996, par une irrégularité remarquable. Cependant, ils ont réussi à atteindre leur pic historique de 30,6 milliards de Dirhams en 2001.

ide ahmed el fehdiAprès trois années consécutives de baisse, les flux d’IDE vers le Maroc ont affiché une progression relative en 2011, s’établissant à 20 milliards de DH contre 13 milliards de DH, en contribuant à 33% des IDE vers l’Afrique du Nord. Ces investissements migrent vers de nouveaux secteurs d’activité avec le maintien de la croissance du secteur immobilier et du secteur industriel. Pour ce qui est des principaux investisseurs sur le territoire marocain, la France est en tête de liste, et s’impose comme premier investisseur au Maroc. Cependant, elle voit ses investissements baisser en 2011 à 8,5 milliards de DH contre 20,5 milliards en 2010. Cette baisse compte toutefois l’entrée de France Telecom dans le capital de Méditel. Ahmed el fehdi et fassiToutefois, la part des EAU et de l’Arabie Saoudite dans les IDE marocains a nettement augmenté.

Toutefois, l’incertitude économique, notamment, chez nos principaux partenaires, et la possibilité d’un ralentissement de la croissance dans les grandes économies émergentes pourraient décliner l’intérêt des entreprises à investir à l’étranger. Car selon une enquête annuelle effectuée par la CNUCED auprès dirigeants des sociétés transnationales, la moitié des répondants ont exprimé une opinion neutre ou indécise sur le climat d’investissement pour les quelques années à venir.